MARC ET MOI
 
par Françoise Grard

 

Pour consulter la fiche Chartiste de l'auteur, cliquez sur son nom....

 
 
 
MARC ET MOI
 
 
Avant, j'aimais l'école.
Maintenant, je ne l'aime plus.
C'est à cause de Marc.
Marc est plus grand que moi. Marc est plus fort.
D'ailleurs, tout le monde a un peu peur de lui.
Ce serait bien s'il quittait l'école…
Quand je suis revenu à la maison avec la joue griffée,
Papa m'a dit :
- Il faut te défendre !
Maman m'a dit :
- Je vais en parler à la maîtresse !
Mais rien n'a changé. Je n'aime toujours pas l'école.
A cause de Marc.
Même à la maison, j'ai peur de Marc.
S'il m'attendait dans le placard de ma chambre pour me battre ?
S'il me prenait ma petite sœur ?
Si Maman lui faisait un bisou ?
Parfois, j'ai même peur de le trouver dans mon lit.
Marc a gribouillé sur mon cahier. Exprès.
Il m'a marché sur le pied en sortant de la cantine. Exprès.
Il m'a mordu au bras pour me prendre mon ballon. Exprès.
J'aimerais être fort comme Marc.
J'aimerais tellement être fort comme Marc.
Même la maîtresse aime Marc.
Quand il fait des bêtises, elle ne le gronde pas vraiment. Elle l'emmène dans un coin de la classe et lui parle doucement.
Moi, je pleure souvent.
Marc ne pleure jamais.
Mais hier, à l'heure du goûter, Marc a pleuré.
Tout le monde le regardait.
 
 


 
 
Alors la maîtresse l'a assis sur ses genoux.
Elle nous a dit que la Maman de Marc était partie en voyage.
C'est pour ça qu'il pleurait.
On a tous écouté très fort, comme quand la maîtresse nous lit une histoire. Et puis après, on a chanté la chanson du petit lapin blanc, et on a dessiné le petit lapin blanc.
Mais moi, je n'ai pas dessiné.
Je suis allé voir Marc qui était assis sur le tapis rouge de la classe.
Il ne faisait rien Marc.
Il ne tapait personne,
Il ne mordait personne,
Il ne jouait avec personne.
Marc, il regardait seulement la grande maison de poupée, sans bouger, les mains sur ses genoux.
Alors, je me suis assis à côté de lui. On a regardé ensemble la maison de poupées.
Avec le bébé dans son lit, la maman dans la cuisine, le papa dans le salon.
On a seulement regardé Marc et moi.
Et puis, à la fin, je lui ai donné le biscuit de mon goûter que j'avais gardé pour lui.
Alors Marc ne m'a pas tapé,
Il ne m'a pas mordu.
Il m'a souri.
Maintenant je crois que je vais aimer l'école.
A cause de Marc.
Marc est plus grand que moi, plus fort que moi, mais il veut quand même jouer avec moi.
A la maison de poupées.
Quand sa Maman reviendra, j'irai peut-être chez lui.
Ou lui chez moi.
C'est pour ça… j'espère que Marc, il ne quittera jamais l'école.
   Retour à la liste de textes